Archives de catégorie : Les sorties

Les prévisions de sorties organisées par le club, les rendez-vous compétitions…

Entretien de la Gance

Le Samedi 14 janvier 2017, de gros travaux de nettoyage et de bûcheronnage sur les berges de la Gance sont programmés en cette belle journée hivernale.

Après un départ prudent de Saint-Léonard sur les routes enneigées et verglacées, c’est notre nouveau président Antoine qui ouvre les hostilités avec l’allumage laborieux de notre meilleur ami de la journée, le feu !

La matinée se passe dans la bonne humeur pour les grimpeurs bûcherons, Pierre, Stéphane, Antoine, Christopher et Thierry qui se battent de leur mieux pour couper et rassembler les bois morts et autres broussailles.

Un bon casse-croute et c’est déjà la reprise pour les 2 valeureux grimpeurs encore actifs en début d’après-midi. Il reste encore de belles brassées de ronces et de bois mort à faire brûler. Mais voilà, nous sommes en hiver et sonne bientôt l’heure de boire la bonne bière traditionnelle, de profiter de la beauté du lieu pour faire quelques belles photos et enfin de remonter tout le matériel jusqu’à la voiture.

Espérons que les grimpeurs seront un peu plus nombreux pour continuer ce nettoyage au printemps.

Compétition du dimanche 27 novembre 2016

Le dimanche 27 novembre 2016, quelques-uns de nos jeunes grimpeurs se sont rendus à la compétition organisée par le CAF Limoges à la SAE d’Aixe-sur-Vienne.

13 enfants et jeunes de 8 à 16 ans étaient présents sur la journée, et ont pu s’affronter amicalement avec d’autres grimpeurs des clubs de la région.

Tous ont passé une belle journée, et tous ont été récompensés quel que soit leur place dans le classement.

Rendez-vous donc l’année prochaine !

Voir quelques photos de cette journée

Sortie automnale à Jupille

Suite à l’invitation du club alpin de la Creuse, nous étions 3 grimpeurs de Noblat (Isabelle, Murielle et Thierry) à nous retrouver ce dimanche à 10h, sur la place de Saint-léonard, pour covoiturer. Certains ont eu la malchance de tomber malade ce jour là, n’est-ce pas Antoine !

Thierry nous pilote jusqu’au site d’escalade de Jupille, site remarquable dans les gorges de la Creuse, règlementé par un arrêté préfectoral de protection de biotope. Ce site est exposé plein sud avec des rochers de gneiss qui surplombent le lac artificiel retenu par les Chézelles.

Arrivés sur place, nous sommes accueillis à bras ouverts par les creusois. Comme toujours Thierry grimpe en tête pour nous installer les cordes. Murielle est embarquée pas Dédé et Jean-Pierre pour effectuer une 5c « Vol au-dessus d’un nid de faucon » avec descente en rappel. Isabelle et Thierry enchainent les 5b et 5c (« Capoeira », « la trompeuse terreuse »…)

Déjà, les creusois manifestent famine et annoncent la pause casse-croûte. Il fait un temps splendide, installés au bord de l’eau, sous l’œil du grand corbeau qui s’est fait entendre dans la matinée, nous nous sustentons. Un sympétrum (joli libellule rouge) vient nous rendre visite. Isabelle regrette de ne pas avoir pris son maillot de bain. Alors qu’émerge l’envie d’une sieste au soleil, Dédé bat le rappel pour reprendre les activités.

Isabelle est en pleine forme et nous fait une remarquable démonstration technique avec apposition des paumes de mains et jeux de talon. Thierry et Murielle partent sur une 6a avec des passages en dûlfer.

En fin de journée Murielle veut se finir les bras dans « la dalle de lierre ». Sous les encouragements et après avoir bataillé dur, elle sortira la voie.

Cette magnifique journée se clôture par le partage d’un verre de l’amitié (bière, cidre, chocolat, gâteaux, brioches) Les creusois savent bien recevoir. Nous les remercions chaleureusement pour leur invitation et assurons que nous reviendrons bientôt.

[Merci également à Murielle pour ce sympatique compte-rendu]

2015 dans le rétroviseur

18 janvier : Rencontres de St Léo.

Comme tous les ans nous avons reçu les clubs des environs. C’est pas de la falaise mais vu le succès c’est toujours une grande journée de grimpe dans une ambiance conviviale.

8 mars : Milhac

Participants : Murielle, Christopher, Pierre, Stéphane, Vincent. Sortie classique de début de saison, le temps de se remettre en confiance, on y fait souvent les mêmes voies.

4 au 6 Avril : Grandes voies dans les gorges de la Jonte.

Samedi, le trajet occupe toute la matinée, arrivée par une route étroite et acrobatique au gîte dans un petit village magnifique. L’après midi nous faisons quelques voies d’une longueur.

Dimanche, il ne fait pas bien chaud, Éric et Thierry partent dans « plaisir de cocagne » Pierre, Christopher et Vincent, Stéphane et Guillaume se lancent dans « le bitard ». Pour Vincent c’est la première sortie falaise, il renonce, impressionné après la première longueur. Même pas fatigués Stéphane et Guillaume enchaînent les deux premières longueurs de « Julie la frousse » en fin de journée.

Lundi, Éric et Thierry emmènent Vincent dans « Zébulon », la voie est facile Éric en tête, Thierry pilote Vincent en flèche, cette fois Vincent va au sommet et redescend sans problème. Le reste de l’équipe va se perdre dans le secteur « Révérend » , probablement « les misérables » pour Stéphane et Guillaume et pour Pierre et Christopher une partie de « le révérend » plus « Cayenne » ?

14 au 17 mai : Encore la Jonte.

Un stage terrain d’aventure était organisé dans le massif du Caroux par Joël du Comité Régional. Vu la météo agitée nous renonçons à ce projet et après avoir longtemps hésité sur la moins mauvaise destination, nous retournons à la Jonte. Cette fois l’équipe est composée d’ Émilie, Pierre, Stéphane, Thierry et Éric. Le minibus du foyer rural permet le transport de tous avec quantité de matériel car cette fois c’est au camping.

Vendredi, temps médiocre nous faisons des voies d’une longueur, repas du soir au resto.

Samedi, nous partons en deux cordée dans « la diagonale du gogol » Thierry et Éric profitent de l’échappatoire de la troisième longueur, pas de regret car Stéphane a bien souffert sur la fin.

Dimanche, Éric, Émilie et Thierry font « le bitard » un peu retardés par un abruti qui refuse de partager les relais.

Stéphane et Pierre  s’attaquent à « l’arrête ouest » mais redescendent après la première longueur gagnés par le doute.

20 – 21 juin : Le Céou.

Comme c’est la tradition, sortie familiale au Céou, participants trop nombreux pour être cités, on doit bien être vingt. Un peu de grimpe, beaucoup de bouffe et une belle dégustation de bières ramenées de Belgique par Christopher et Martial.

13 – 14 juillet : Sancy, vallée de Chaudefour.

Participants : Émilie, Murielle, Pierre, Stéphane, Martial, Éric.

Lundi, Crête de coq, voie « Le grand éperon » pour les uns, « Belle comme un litre » pour les autres. Il fait un soleil de plomb, les pieds fument dans les chaussons; arrivés au sommet nous traversons pieds nus pour rejoindre la ligne de rappels, c’est pas mieux les pieds brûlent sur la cendre volcanique.

Mardi, voie normale de la Dent de la Rancune, en trois cordées c’est un peu long, beaucoup d’attente au sommet pour les premiers mais la vue est tellement grandiose. Martial parlera longtemps du pas clé en 6a de la voie.

04 Octobre : Jupille.

Le CAF Guéret invite tous les clubs des environs à Jupille, nous sommes obligés de participer, notre ami Dédé se vexerait ! Peu de candidats pour cette sortie pourtant proche, Martial, Vincent, Éric. Il y a de nombreux grimpeurs de plusieurs clubs, une high-line est tendue en travers de la combe, les équilibristes poussent des hurlements et un drone bourdonne en filmant leurs exploits. C’est un peu la foire du trône, pour trouver une voie libre, nous attaquons la fameuse voie en cinq longueurs dont Dédé nous parle depuis longtemps.

Selon l’itinéraire choisi, il y a quelques passages intéressants et d’autres plus montagne, c’est un bon entraînement pour les grandes voies. La descente par le sentier escarpé est quand même bien pratique.

10 – 11 Octobre : Forges du Boulou et Le Breuil.

WE en Périgord organisé par Émilie qui propose un hébergement sur place. Nous ne sommes pas tous disponibles pour les deux jours.
Samedi, Émilie, Stéphane et Martial grimpent au Boulou, Stéphane sort une 6a+.

Dimanche, Émilie, Martial, Vincent , Éric et Betty grimpent au Breuil, site intéressant comparable à Milhac.

15 Novembre : Le Fournet.

Il fait un super beau temps, nous avons des envies de nouveauté, nous allons essayer le site du Fournet près de Brive dont nous avions entendu parler. L’équipe est composé de Kévin, Martial, Vincent, Thierry, Éric et Betty. Après quelques errements, nous trouvons le parking puis le site. Petit site sympa et bien exposé pour une belle journée d’hivers, les voies sont pas cadeaux, les départs déversants et le calcaire agressif, nous réalisons toutes les voies à notre portée, le reste est plus cher.

20 Décembre : Milhac.

L’hiver ne se décide pas à arriver, on fini la saison comme on l’à commencé, en route pour Milhac. Murielle, Kévin, Stéphane, Vincent, Éric et Betty ont tiré les rois au pied de la falaise après une belle journée de grimpe.

Bilan de la saison 2015, nous sommes parvenu à concilier des sorties régulières en falaise (ce qui est quand même le but d’un club d’escalade) et une intense activité d’équipement sur le site de La Gance. Trois sorties en grandes voies ont marqué cette année, c’est une première pour le club.

À la recherche du soleil pour un week-end

Suite aux prévisions météo franchement mauvaises annoncées pour ce week-end du 14 juillet sur l’Auvergne, c’est décidé, on met le cap complètement au sud et tant pis si on doit souffrir de la chaleur sur les sites exposés plein sud de l’Ariège.

Départ samedi matin 8 heures sous les « averses éparses » pour 5 braves miaulétoux accompagnés de Guillaume, parti quelques 4 heures plus tôt de la Sarthe pour passer le week-end avec nous. La route est longue et c’est enfin sous le soleil en début d’après-midi que l’on installe notre camp de base au camping de Surba. Les plus rapidement installés s’occupent du ravitaillement pour les 3 jours. Du côté de l’intendance, on peut dire que l’équipe est rodée, les glacières sont rapidement complétées, tant en solides qu’en bières pour tenir ce long séjour.

Ensuite, direction Bédeilhac pour une « petite » marche d’approche vers le secteur « Le Papy » (enfin compter quand même une bonne heure de marche). Là, chaque cordée va pouvoir réviser tranquillement les manoeuvres de cordes et tester le caillou ariégeois sur les voies de 2 ou 3 longueurs.

Inutile de refaire la soirée type du grimpeur moyen, tout va pour le mieux, on est complètement prêt pour la rude journée du dimanche qui nous attend et chacun rejoint son couchage pour une bonne nuit.

Dimanche matin, après un copieux déjeuner, retour sur Bédeilhac et le site du Calames pour affronter les grandes voies dans le secteur du « pilier des cathares ». L’objectif est simple, grimper en 6 ou 7 voies jusqu’au sommet; par contre, vu d’en bas on se demande bien comment on va passer cette succession de toits et de dévers, il s’agit de trouver le bon itinéraire sachant que la végétation est luxuriante et que les plaquettes sont bien espacées.

Les « PÈRES TRANQUILLES » sont facilement surmontées par Éric et Muriel pendant que Pierre et Thierry sont contraints de faire demi-tour après la première longueur dans le « PILIER DES CATHARES » (ben woui, on a attendu le 1er relais pour regarder le topo et mesurer la difficulté 😉 Pendant que Pierre et Thierry repartent dans les « PÈRES TRANQUILLES », Stéphane et Guillaume se font les pires frayeurs dans la belle « Riobi » (point d’assurage oublié, erreur d’itinéraire dans la végétation, cohabitation forcée avec une couleuvre lovée sur la corde, etc). Bref, l’après-midi est déjà bien entamée quand on se retrouve enfin tous sur l’arête sommitale. La traversée vers les ruines du château cathare et la descente par le chemin escarpé qui nous ramène au parking marquant la fin de notre belle journée de grimpe n’est pas une longue balade tranquille. On passera les détails sur la soirée qui s’ensuit qui sera conforme à une soirée de grimpeurs.

Lundi matin personne n’est pressé de sortir des duvets, il a plu toute la nuit et une averse chasse l’autre. Bref, le petit déjeuner se prend à la terrasse couverte du camping et dure une bonne partie de la matinée. Enfin une éclaircie et c’est Pierre qui va lourdement insister pour qu’on emmène les sacs d’escalade pour faire la petite rando envisagée.

Direction le « Quiet de Sinsat » pour retrouver le soleil largement revenu; l’objectif est
de monter voir le départ de voies et qui sait avec un peu de chance grimpouiller un petit peu. À mi-chemin, les nuages nous rattrapent et on essuie une bonne averse. Pierre insiste, « mais on peut monter voir, c’est pas loin, il va faire beau… » ! Bon OK on monte jusqu’au secteur GR4B+. La calcaire a séché, le soleil brille, va pour la grimpe…

On ne change pas l’équipe des jeunes, Stéphane et Guillaume partent dans SMILLA (la plus dure), Pierre et Muriel attaquent dans L’AMIE SERFOUETTE et Éric doit se contenter de faire équipe avec Thierry qui aujourd’hui refuse l’effort dans GR4B+.
Premiers constats pour Pierre et Éric partis en tête : « Là, si on est dans du 5b, va falloir revoir la cotation de la gance !!! » Effectivement la 1ère longueur n’est pas aisée (sauf pour nos 2 jeunes qui ne semblent pas souffrir outre mesure). On épargnera au lecteur les maintes péripéties de ce début d’après-midi, et ce n’est que
vers 16h que les 3 cordées sortent au sommet sous un soleil de plomb. La longue redescente par le sentier demande un maximum d’attention et ce n’est qu’au bout d’une bonne heure d’efforts qu’on se retrouve au bord de l’Ariège pour un bon bain de pied et surtout un bon casse croûte.

Toutes les bonnes choses ont une fin et il faut maintenant songer à repasser par le camping pour plier tout le matériel et recharger les véhicules avant la longue route qui nous attend pour rejoindre le limousin.

Finalement, on a passé un week-end super agréable pendant lequel la pluie a su être présente mais sans jamais nous empécher de grimper. Un grand merci à chaque participant pour les bons moments passés ensemble dans la bonne humeur et pensons déjà à l’organisation d’une nouvelle édition.

Pentecôte en falaises

Fin mai, Fred nous accompagnait à Bussy pour observer les jeunes poussins de faucon pèlerin et parfaire notre connaissance des divers oiseaux que l’on peut rencontrer dans notre région. En fin de semaine dernière, c’est Stéphane de la SEPOL qui nous confirmait que les jeunes étaient maintenant envolés. Samedi après midi, direction Bussy pour enlever l’ensemble des protections mises en place au printemps (affiches, rubalise, boulons…)

Après ce travail ingrat, place à la grimpe pour le plaisir. Le site ne sera nettoyé que fin juin avac les collègues du CAF mais l’ensemble des voies sont encore correctes. La surprise de l’après-midi a été la découverte du nid de grand corbeau que Stéphane nous avait signalé.

Dimanche, on ne change pas une équipe qui gagne et c’est la direction de Brive que nous prenons pour faire une petite sortie au cirque de Ladoux. Échauffement dans le secteur école avant de passer aux choses sérieuses avant le casse croute et la sieste bien méritée.
L’après-midi sera consacrée à 2 voies particulièrement exigentes physiquement : le hiboux 5c+ et sa voisine en 6a.

Et le lundi me direz vous ? Retour à la mine de la Gance pour une petite séance nettoyage et l’installation des relais. Ensuite, on peut essayer les nouvelles voies en toute sécurité, donc une petite séance de grimpe pour garder la forme.

Il va sans dire que ces 3 jours autour des activités de grimpe n’aurait pas pu se faire sans la complicité de monsieur soleil et de madame bière fraiche.

les acteurs : Éric, Pierre, Murielle et Thierry